Emeutes en Nouvelle-Calédonie : cinq “responsables radicaux” assignés à résidence, annonce Gérald Darmanin

Emeutes en Nouvelle-Calédonie : cinq “responsables radicaux” assignés à résidence, annonce Gérald Darmanin

Ce direct est maintenant terminé.

Le gouvernement hausse le ton en réaction aux émeutes en Nouvelle-Calédonie qui ont fait quatre morts, dont un gendarme. “Je viens de signer les cinq premiers arrêtés d’assignation à résidence de responsables radicaux et violents”, a annoncé le ministre de l’Intérieur sur X. “Sur mon instruction, des perquisitions administratives seront menées par les forces de l’ordre immédiatement”, a-t-il ajouté. Après avoir décrété l’état d’urgence pour 12 jours à partir de ce mercredi 20 heures (soit jeudi à 5 heures en Nouvelle-Calédonie), Gabriel Attal a notamment annoncé l’interdiction de l’application TikTok et le déploiement de l’armée pour sécuriser les ports et l’aéroport de l’archipel. De son côté, le président de la République a renoncé à un déplacement prévu jeudi matin sur le site de l’EPR à Flamanville (Manche) pour présider une “réunion de suivi” sur la situation. 

Emmanuel Macron demande au gouvernement de déclarer l’état d’urgence dans l’archipel. “Toutes les violences sont intolérables et feront l’objet d’une réponse implacable pour assurer le retour de l’ordre républicain”, a déclaré l’Elysée dans un communiqué. 

Quelque 1 800 policiers et gendarmes déjà présents en Nouvelle-Calédonie. Le ministère de l’Intérieur annonce que 500 agents arriveront en renforts dans les prochaines heures.

Les principaux partis appellent “au calme et à la raison”. “Nous sommes convaincus que c’est par le dialogue et la résilience que nous pourrons sortir collectivement de cette situation”, ont déclaré les principaux partis indépendantistes et non indépendantistes de l’archipel dans un communiqué commun, appelant “au calme et à la raison”

 L’Assemblée nationale adopte la réforme. L’Assemblée nationale a adopté la révision constitutionnelle réformant le corps électoral, tant décriée par les indépendantistes, dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 mai. Le texte a recueilli 351 voix pour et 153 contre. La gauche s’est opposée à son adoption.

Related Articles